Ce téléphone intelligent qui nous a envahi et envahi Nos Enfants!

Accros du smartphone! Génération ultra connectée!

Le téléphone portable, qui n’en possède pas un de nos jours ? Ma Grand mère de 80 ans en a un ! Ma fille de 4 ans en réclame déjà un! D’ailleurs, certains n’imaginent même pas leur vie sans Smartphone !. Cet objet qui est devenu un objet du quotidien est-il vraiment bon pour notre santé physique et psychique?…Enfin surtout pour la santé de nos enfants ! Cette génération ultra connectée !

Une nouvelle forme d’addiction technologique : l’addiction au smartphone

Le téléphone affecte les rapports sociaux. Il crée une certaine dépendance en terme de communication : On est ainsi poussé à utiliser le téléphone à n’importe quelle occasion, c’est plus simple de prendre son téléphone et de parler ou envoyer un sms que de se déplacer et rencontrer la personne !. La communication devient donc superficielle est cela est devenu une habitude.

Le téléphone devient indispensable. Des recherches très sérieuses menées partout dans le monde, ont révélé récemment que 66% des personnes ressentent une réelle souffrance lorsqu’ils sont séparés de leur téléphone portable. C’est la nomophobie (no mobile phone phobia), l’angoisse ou la phobie de se retrouver sans son smartphone. Elle peut se traduire par des attaques de panique, une respiration qui deviendrait courte, des nausées, des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré.

Mais qu’est ce qui fait que cette génération Ultra Connectée devient-elle accro et dépendante au smartphone ?

L’entrée au collège représente un moment clé pour les pré-ados et marque le début d’une nouvelle forme de sociabilisation et de se « détacher » de la famille. L’achat du premier smartphone incarne cette émancipation. Le jeune par cette étape exprime son besoin de s’intégrer dans un autre groupe. Le smartphone est un outil qui aide les jeunes ados à construire leur identité sociale et à s’ouvrir aux autres. On le voit à travers les selfies qui font fureur sur leurs smartphones.

Le téléphone apparaît comme un « doudou envahissant » : sa présence rassure jusque dans le lit.

Selon une étude scientifique parue en 2014 par Ahn et Jun , 80% des jeunes américains âgés de 15 à 18 ans reconnaissent être accros à leur smartphone.

Le sondage Pew Internet Project en 2013 montre également que 67% des personnes interrogées possédant un portable, indiquent regarder leur appareil pour vérifier si elles n’ont pas de messages, appels ou textos, même si elles n’ont pas entendu leur téléphone sonner ou vibrer.

44% disent dormir avec leur téléphone portable à côté du lit voir même sous l’oreiller pour être sûr de ne pas rater de messages ou d’appels importants. Tandis que 29% disent « ne pas pouvoir s’imaginer sans leur téléphone ».

Quels sont les risques du téléphone portable sur la santé mentale ?

Cette forme d’addiction au smartphone peut avoir des effets néfastes et destructeurs sur la santé physique et psychique des plus jeunes. Troubles de la vision, troubles du sommeil, une baisse de confiance en soi, difficulté de concentration voire l’échec scolaire, isolement et dépression.

Des chercheurs mettent en avant l’effet néfaste sur la santé mentale des accrocs. En effet, les psychologues alertent que certains utilisateurs de téléphone sont complètement obsédés par cet objet. Et en deviennent même bouleversés lorsqu’ils n’ont pas de message.

Comment peut-on arriver à l’échec scolaire ?

L’utilisation excessive voire la dépendance au téléphone portable entraîne une baisse de concentration et une difficulté d’apprentissage . Étant donné qu’envoyer des messages textuels devient leur passe-temps numéro un, beaucoup de jeunes deviennent rapidement obsédés par ce gadget au point d’en envoyer en plein cours. Cela nuit grandement à leur apprentissage. Un élève de dix-sept ans, quinze ans, dix ans ou parfois moins, tous -à quelques rares exceptions- possèdent cette véritable arme de destruction massive pour l’école.

    Car les téléphones portables sont avant tout une source de distraction pour l’élève. Les téléphones permettent d’échapper à tout moment à l’ennui de la classe. Malheureusement  dans certains cas on arrive même à l’échec scolaire.

Ce qu’en pensent les psychologues :

Des psychologues expliquent que le mobile a habitué le citoyen à pouvoir joindre n´importe qui n´importe quand. Mais en réalité le portable est un outil de non communication car il offre, avec ses multiples fonctions, autant de possibilités de s’isoler.

Le psychanalyste Miguel Benasayag explique : «  en se focalisant sur le virtuel, il peut négliger le réel. Conséquence, il s’enferme dans sa bulle d’intimité. » De plus, le mobile renforcerait l’isolement en appauvrissant le dialogue avec les internautes. Puisqu’on est tout le temps joignable, on a l’impression de communiquer d’avantage, mais les conversations sont brèves et superficielles. Au bout du compte, on en dit beaucoup moins que dans des échanges directs.

Don Velea : Le téléphone devient le seul centre d’intérêt et son absence entraîne une sensation angoissante, similaire à la solitude. La personne dépendante se retrouve dans l’incapacité de l’éteindre ce qui engendre une grande souffrance.

Joelle Menrath dit : « Le mobile joue le rôle d’ami imaginaire. Il concentre tellement nos activités qu’on ne peut plus s’en éloigner » .

Enfin ce que l’on peut retenir du téléphone portable, certes il favorise les rapports sociaux, mais son utilisation excessive entraîne une dépendance et des angoisses qui nuisent à la santé de nos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *